Patrimoine sans frontières

Qu'est-ce qu'un "Regard sur" ?

Les "Regards sur" sont des articles qui ont pour objectif de faire connaître le monde du patrimoine culturel et de sensibiliser le grand public aux différentes causes de ce secteur. Ils sont écrits par les bénévoles de Patrimoine sans frontières.

Regard sur l'évolution muséale au Maroc.

L’évolution muséale au Maroc,

entrevue avec Mehdi Qotbi, président de la Fondation Nationale des Musées du Maroc.

Mehdi Qotbi, artiste peintre marocain, est depuis décembre 2011 Président de la Fondation nationale des musées au Maroc qui a pour mission la gestion et préservation de 14 musées nationaux. Il livre à Patrimoine sans frontière sa vision des objectifs du musée marocain pour la population, et présente les différents projets locaux et internationaux bénéfiques à l’évolution de l’espace culturel marocain.

 

Pourquoi une telle Fondation des musées a-t-elle été créée ? Quels sont pour vous ses principaux objectifs ?

La Fondation nationale des musées a été créée en mai 2011, à l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. L’un des principaux objectifs de la Fondation est de faire entrer les musées dans l’ère de la modernité, de valoriser, préserver et enrichir le patrimoine muséal marocain et le faire rayonner au niveau mondial. Le Maroc a une identité plurielle, il est à la fois arabe, amazigh, méditerranéen, africain, musulman et juif. C’est pour cela qu’il est plus que primordial d’avoir des lieux tels que les musées qui montrent et qui célèbrent cette pluralité qui fait tant notre singularité.


Comment percevez-vous son rôle dans la préservation et valorisation des musées et du patrimoine marocain sur le long terme ?

Nous aurons l’occasion de présenter plus longuement notre plan d’actions à ce sujet une fois que nous aurons fini l’élaboration de notre stratégie. Mais d’ores et déjà, je peux vous dire que nous comptons nous lancer dans une opération de restauration des musées qui sont aujourd’hui sous la tutelle de la Fondation. Nous sommes en train de définir une politique muséale et un plan de rénovation pour chacun d’entre eux.


Quelles sont les actions actuelles et les futurs projets au Maroc de la Fondation ?

Actuellement, nous sommes concentrés sur l’ouverture prochaine du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat. Nous sommes dans la dernière ligne droite. C’est un projet qui nous tient énormément à coeur, vu qu’il s’agit du premier musée marocain à répondre aux normes muséales internationales. Nous sommes également en train de travailler à la mise en place d’un « label musée », qui comblera le vide juridique qui existe au Maroc à ce sujet.


Par quelles actions de sensibilisation impliquez-vous le citoyen marocain dans la considération de la valeur des musées et du patrimoine de ce pays ?

Intéresser le citoyen marocain aux musées, en particulier la jeune génération, est au coeur des préoccupations de la Fondation. C’est pour cela que notre priorité est de faire en sorte que les musées soient des lieux de qualité, attractifs, agréables pour les citoyens et qui mettent en valeur notre patrimoine historique, culturel et artistique national. En parallèle, nous allons mener de front des projets citoyens et éducatifs pour rendre les musées accessibles. À titre d’exemple, nous nous apprêtons à signer un partenariat avec le Ministère de l’Éducation nationale en vue de mettre en place des actions conjointes auprès des élèves.

 

Mehdi Qotbi

Pouvez-vous expliquer vos projets de coopération avec les institutions étrangères ? Avez-vous des projets d’échange de savoir-faire ou de transfert de compétences ? Quels en sont les impacts et bénéfices pour le Maroc ?

Depuis sa création, la Fondation a signé plusieurs partenariats avec de prestigieux organismes internationaux, parmi lesquels le Musée du Louvre, l’Institut du monde arabe (IMA), ou encore le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Ces partenariats ont permis la mise en place de grandes expositions, comme « Les splendeurs de Volubilis » qui se déroule en ce moment au MuCem (jusqu’au 25 août), ou encore une exposition sur l’art contemporain marocain à l’IMA, et « Le Maroc médiéval, un empire de l’Afrique à l’Espagne » au Musée du Louvre, l’automne prochain à Paris. Les conventions signées avec ces grandes institutions mettent également l’accent sur la restauration des oeuvres, et la formation des ressources humaines. Ce dernier point est très important pour nous. Nous allons également signer dans les mois à venir des partenariats avec des institutions américaines - comme la Smithsonian Institution, qui regroupe 19 musées aux États-Unis - où la formation tiendra une place importante.


Au vu des objectifs que vous souhaitez atteindre, et au cours des actions que vous menez, quelles sont les principales difficultés que vous pouvez identifier ?

Je suis persuadé que nous ne rencontrerons pas de difficultés majeures. Sa Majesté le Roi Mohammed VI a érigé le domaine culturel en priorité nationale, et de ce fait, a permis de lever toutes les barrières structurelles qui pourraient se présenter. Nous aurons en revanche des défis à relever, principalement en matière de ressources humaines et de financements. 


Avez-vous envisagé ou commencé à entreprendre des actions pour limiter ces difficultés ?

Nous avons d’ores et déjà lancé des pistes de réflexion et quelques actions pour relever ces défis. Sur l’aspect ressources humaines, deux types d’actions sont menés. D’une part, nous scellons des partenariats avec des institutions muséales mondiales (Le Louvre, MuCem, Smithsonian,…) qui s’engagent à nous apporter le soutien nécessaire à la formation du personnel des musées. En parallèle, nous entreprendrons des actions structurelles, en association avec divers organismes de formation, en vue de mettre en place les programmes adaptés à nos besoins. Concernant le financement, nous prévoyons d’associer les acteurs privés à nos côtés, comme la loi portant création de la Fondation nous autorise à le faire, afin qu’ils nous soutiennent dans nos actions.

 

Imprimer E-mail

S'inscrire à notre liste de diffusion



*champ obligatoire 

Patrimoine sans frontières

61 rue François-Truffaut
75012 Paris
France

Tél : +33(0) 140 020 590

@ : info@patrimsf.org