Patrimoine sans frontières

Qu'est-ce qu'un "Regard sur" ?

Les "Regards sur" sont des articles qui ont pour objectif de faire connaître le monde du patrimoine culturel et de sensibiliser le grand public aux différentes causes de ce secteur. Ils sont écrits par les bénévoles de Patrimoine sans frontières.

Regard sur "Mémoire et immigration", le cas du Bassin minier

Ouro Preto au Brésil dont le nom signifie « or noir » et le Bassin minier au Nord de la France sont des territoires à échelle différente : le premier est une ville située dans l’État du Minas Gerais, le second est un espace plus étendu constitué d’un ensemble de villes ayant en commun l’exploitation du charbon. Les deux espaces ont connu une période de développement prospère lié à l’activité minière. Touchés ensuite par la crise et la fermeture des mines, ils ont été amenés à se réinventer en se tournant vers une politique de mise en valeur du patrimoine minier.
À travers une série de deux « Regards sur », nous allons découvrir ces deux contextes historiques, sociaux et patrimoniaux.

Le Bassin Minier est un territoire du Nord de la France dont les villes telles que Lens, Valenciennes, Douai, ont en commun l’exploitation du charbon. Ce territoire a été classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO le 30 juin 2012 comme étant un paysage culturel évolutif vivant. La période d’extraction minière s’est échelonnée entre 1720 et 1986 entraînant des vagues migratoires successives avec, entre autres, des Belges, des Polonais, des Italiens et des Marocains. Les 29 nationalités qui se sont croisées et rencontrées au cours du temps ont donné à ce patrimoine une tonalité particulière, comme le laisse entendre la mission du Bassin minier : « le patrimoine minier [...] évoque de même les nombreux courants d’immigration, générateurs d’échanges, venus enrichir l’histoire du Bassin Minier et de la région, depuis le début de l’exploitation au 18e siècle ». En effet, l’installation d’un nombre important de mineurs étrangers a profondément impacté l’identité de ce territoire. Avec les différentes vagues d’immigration, les mineurs ont apporté leur culture et leur mode de vie enrichissant ainsi la vie sociale autour de la mine.

Dans ce Regard sur, nous concentrerons principalement sur les vagues migratoires polonaises et marocaines. Deux époques, deux vagues migratoires et deux manières pour les compagnies minières de gérer ces populations.

 

À la suite de la Première Guerre Mondiale, dû à un manque de main d’œuvre française et à l’augmentation de la production de charbon, les compagnies minières ont fait appel aux travailleurs polonais. Le paternalisme industriel encore en vogue après la Première Guerre Mondiale fit que les sociétés minières ont accompagné cette nouvelle main d’œuvre dans son installation, entrainant par la même occasion la rénovation des cités minières et la pratique de la religion catholique par la construction de nouvelles églises. La contrepartie à ce protectionnisme, qui se manifestait également par l’obtention de droits à ces travailleurs, fut de les préserver du syndicalisme et du socialisme. Aujourd’hui, comme en témoigne un chargé de développement de Lens- Liévin : « Il y a des commerces polonais, il y a une boulangerie polonaise à Harnes et un charcutier sur la RN 43. C’est des commerces qui restent. On a comparé avec des cartes postales anciennes et on a vu les devantures avec tout écrit en polonais », il ne reste que peu de traces culturelles de ces « Petites Polognes », cœur des cités minières qui furent peu à peu investis par la main d’œuvre polonaise.

« Petite Pologne » de la Cité Clochette à Waziers, ancien quartier communautaire polonais.

 

Dans les années 60, le climat économique étant quelque peu différent, les responsables des Houillères du Nord-Pas-de-Calais qui ont fait appel, aux travailleurs marocains, cela permettait aux compagnies de se doter d’une main-d’œuvre facile à gérer et flottante pour faire face aux aléas de la production. Les Marocains sont arrivés avec des contrats de 18 mois, et des droits amoindris. Ils ont longtemps été logés dans des baraquements en bois. « Ce fut une manière de faire des économies pour les compagnies minière, comme le rapporte un des coordinateurs de l’Association des Mineurs Marocains du Nord-Pas-de-Calais, et de se dire que les Marocains contrairement aux autres, sont voués à retourner au pays [...] leur histoire pourrait donc se résumer à une folie car toute population qu’on déplace à vocation à s’installer même si elle est attachée à ses racines. Elle fonde une famille, elle crée des liens… » À l’inverse des travailleurs polonais, les spécificités culturelles, comme la religion, des travailleurs marocains n’ont pas été pris en compte comme en témoigne le chargé de développement de Lens- Liévin : « Il y a des mosquées mais je n’ai pas connaissance de mosquée qui auraient été commandées dans le cadre du Bassin Minier. C’est la période de nationalisation. Du temps des compagnies les églises étaient construites par ces dernières, si il y avait un prêtre polonais qui encadrait les Polonais c’était voulu, souhaité, appuyé, pour contrôler la population ». D’après nos informations il n’y aurait qu’une seule mosquée construite durant la période des mines : la mosquée de la cité des Six-Drèves à Libercourt, construite au cœur des baraquements.

Les baraquements, longtemps utilisés par les Marocains, aujourd’hui détruits.

Les traces historiques de ces migrations, à défaut d’être encore visible de manière tangible sur ce territoire, sont de nos jours principalement valorisées à travers l’histoire des mineurs, par des célébrations, des actions culturelles, etc.

La mise en valeur de l’histoire minière à travers une cérémonie en hommage à la mémoire sociale des mineurs (le cas de la Sainte-Barbe)

La Sainte-Barbe est la sainte patronne des professions liées principalement au feu tels que les pompiers, les artificiers et les mineurs mais elle protège aussi les maçons, les mariniers, les prisonniers... Fête d’origine religieuse, la Sainte-Barbe est devenue au fur et à mesure une fête traditionnelle, elle est célébrée le 4 décembre. « Il y a une messe, comme le raconte un ancien mineur, on fait un repas, un bal. C’est très festif. On reçoit un cadeau par la maman, une petite babiole, mais c’est le geste, c’est Sainte-Barbe patronne des mineurs ». Selon cet ancien mineur, cette fête est un moment de convivialité et n’est pas réservée aux travailleurs de confession catholique : « En fait, à la fosse Agache, quand on descendait tous ensemble, il y avait le puits, les galeries, et en plein milieu, un trou où il y avait Sainte-Barbe et que vous soyez musulman, athée ou autre, tout le monde la regardait, pas par religion mais parce que c’est la patronne des mineurs ». Afin de comprendre l’importance de cette célébration, nous nous sommes rendues à la commémoration de la Sainte-Barbe à Liévin qui réunissait, entre autres, des écoliers, des personnalités politiques et des anciens mineurs. À travers cet évènement, c’est un sentiment d’unité de solidarité et d’égalité qui est mis en avant, notamment avec le discours du maire : « Le devoir d’entraide, de générosité il y en avait à tous les instants et puis le devoir de fraternité car au fond de la mine il n’y avait pas de différence, tout le monde était noirci de charbon, tout le monde se tendait la main, tout le monde était tout simplement frère, frère de labeur ». La commémoration a été également l’occasion de rendre hommage aux mineurs immigrés du territoire.

Statue de la Sainte-Barbe et Commémoration de la Sainte Barbe à Liévin.

La mise en valeur du patrimoine minier de l’immigration par des actions culturelles

Le Centre Historique Minier situé à Lewarde est une véritable vitrine du territoire. Il est à la fois un lieu fréquenté par les locaux, les écoles mais aussi par les touristes, qui sont un vecteur de transmission de l’image d’un territoire. Il est la représentation de l’histoire, de l’activité économique et humaine, mais aussi des valeurs du Bassin Minier. Dans ce centre, le thème de l’immigration est évoqué. Le long des galeries sont disposées des affiches écrites en plusieurs langues, notamment en arabe dont le but est de prévenir des dangers et des gestes de sécurité à adopter. C’est par la muséographie de l’exposition permanente « La vie dans les cités » que nous avons pu analyser l’intérêt porté aux immigrés. » Une vitrine entière est consacrée à l’importance de leur apport culturel dans le Bassin Minier. On y trouve des objets significatifs de la culture marocaine, polonaise qui semble être les deux nationalités les plus représentatives. Un pan de l’exposition décrit particulièrement l’arrivée des mineurs marocains. Une des images fortes utilisées dans le musée est celle de la sortie d’avion des mineurs marocains à l’aéroport de Lesquin. Sourire aux lèvres, les Marocains semblent être des sauveurs du territoire, venus assurer la relève économique en période de crise. Cependant, il apparaît que peu d’entre eux ont été amené en avion, la majorité ayant rejoint la France par bateau. Il semble également que des morceaux de l’histoire de l’immigration ont été oubliés comme par exemple la grève des mineurs marocains. La vague migratoire polonaise a, elle aussi, subi des moments difficiles, mais ces événements marquants ne sont pas omis. La question des droits des mineurs marocains est encore délicate car elle est toujours d’actualité. Cette mise en scène est un moyen de glorifier leur mémoire, de valoriser leur travail mais aussi de montrer les valeurs d’hospitalité et de solidarité de la région Nord-Pas-de-Calais, qui peuvent cependant être remise en cause par d’autres acteurs aux intérêts divergents. Le cas du Centre Historique Minier est assez représentatif des dynamiques mémorielles qui existent sur ce territoire. En effet, le département du Pas-de-Calais en coopération avec la Maison de la Polonia a rendu hommage aux mineurs Polonais avec une exposition mettant en valeur leurs contributions à l’exploitation minière et les traces culturelle ou paysagère qu’ils ont laissées dans l’habitat minier, la vie quotidienne, la religion et les lieux de mémoire. De plus, le cadre du Label Pays d’Art et d’Histoire des villes de Lens et de Liévin, des circuits touristiques ont été mis en place sur le thème de l’immigration et principalement autour de celle venue de Pologne. Ces deux exemples supplémentaires, montre que l’histoire de l’immigration marocaine n’est pas encore valorisée, ce sujet est encore « brûlant » car tout n’a pas encore été réglé vis-à-vis des conditions d’accompagnement qui n’ont pas été les mêmes entre ces deux populations. Il apparaît que la valorisation de la mémoire de l’immigration est complexe et dépend de plusieurs facteurs : la richesse quantitatif et qualitative en patrimoine à appréhender, le respect et la compréhension envers les communautés mais aussi la volonté d’initier une valorisation.

 

Affiche de travail traduite en langue arabe affichée dans les galeries du musée.

Vitrine de l’exposition « La vie dans les cités » mettant en valeur l’apport culturel des vagues migratoires.

Conclusion aux deux regards sur mémoire et immigration

Le Bassin Minier du Nord-Pas-de-Calais et la ville d’Ouro Preto, sont des espaces miniers d’extraction de charbon et d’or. C’est à partir de ces découvertes que l’histoire de ces territoires a commencé, dictée par les aléas de la production. Les périodes de prospérité suivies d’époques de récession vont, en effet, fortement impacter les besoins en main d’œuvre, constituée principalement d’immigrés ou d’esclaves. Dans le Bassin Minier du Nord-Pas-de-Calais, au XXe siècle, l’immigration fut favorisée par les Houillères et le gouvernement pour le travail dans les mines de charbon. Il y aura plus de 29 nationalités différentes dont les Polonais et les Marocains qui vont par le contexte de leurs arrivées, leurs traditions et leurs spécificités, marquer, à leurs façons, le paysage du Bassin Minier. La découverte de l’or à Ouro Preto par les Paulistes, au XVIIe siècle, a attiré un grand nombre de personnes ; c’est la ruée vers l’or. Il y a eu une grande vague d’immigration volontaire d’individus venant de Pernambouc, de Salvador, de Rio de Janeiro, de Sao Paulo au Brésil, mais aussi d’Europe. Parallèlement des esclaves africains provenant des colonies portugaises ont été envoyés de force. Ces cycles de l’or et du charbon ont fortement contribué au développement de ces territoires et leur arrêt respectivement à la fin du XVIIIe pour les mines d’or et en 1986 pour le charbon, auront pour conséquence un déclin. Les flux migratoires liés au travail minier ont ainsi façonné les territoires. Les traces de l’immigration dans le paysage, qu’elles soient matérielles ou immatérielles, sont révélatrices de certains phénomènes qui ont transformé la société pour créer une véritable richesse culturelle. À Ouro Preto il y a aujourd’hui un véritable héritage de l’immigration, formé par le mélange des cultures, particulièrement dans la religion, la nourriture, la langue et les festivités. La ville elle-même est une trace de l’immigration, puisqu’elle a été formée ainsi. Il est pourtant nettement visible que les traces les plus perceptibles sont attribuées aux colons. Néanmoins, la grande contribution des esclaves africains à l’édification de la ville n’est pas assez mise en valeur alors que des éléments visibles de leur travail sont bien perceptibles dans le paysage. Dans le Bassin Minier, les différences culturelles sont dissimulées dans une volonté d’unité, bien qu’il y ait des acteurs du territoire qui militent pour la visibilité de ces apports culturels venus d’ailleurs. Inversement, les traces qui ont disparu, que l’on ne perçoit pas ou que l’on a oubliées, traduisent des conflits culturels, des aspects douloureux de l’immigration. Du Bassin Minier à Ouro Preto, les immigrés ont donc laissé leurs marques sur ces espaces. Leur mémoire, leur rôle, leur culture, sont aujourd’hui aux mains des acteurs locaux qui par leurs actions ou leur manque d’action parfois, assurent une transmission choisie de leur souvenir. Le Bassin Minier et la région Nord-Pas-de-Calais ont en partie construit leur projet de territoire sur la transformation de la mine en patrimoine minier. L’immigration a trouvé sa place dans ce patrimoine, car elle fait l’objet de mise en valeur par sa présence dans le Centre Historique Minier, vitrine du territoire, mais aussi dans les projets artistiques et culturels supportés par les institutions, ou encore dans les célébrations liées à la mine. L’immigration est mise en avant comme démonstratrice et révélatrice des valeurs du territoire : la fraternité, la solidarité, l’égalité, trois valeurs permettant de faire face à la dureté du travail de mineur. Les travailleurs marocains sont eux aussi englobés dans ces valeurs bien qu’ils soient encore aujourd’hui en conflit avec les mines pour la lutte de leurs droits. Ceci rend la valorisation de leur mémoire plus délicate, car elle n’appartient pas totalement au passé. À Ouro Preto, la transformation de la ville minière en patrimoine est issue de volontés différentes, qui ne défendent pas les mêmes aspects de celui-ci. L’inscription à l’UNESCO met en valeur l’architecture baroque du centre historique, montrant le génie constructeur des colons. La valorisation de la mémoire des mineurs africains est réduite à la souffrance et à la douleur dans les musées de la ville alors que les initiatives privées tendent à affirmer la richesse culturelle et technique de ceux-ci. La transmission de cette mémoire de l’immigration à travers les lieux et les pratiques est plurielle et non-homogène lorsque l’on balaie l’ensemble des points de vue des acteurs, chargés de transmettre ce souvenir.

 

Pour aller plus loin :

ASSOCIATION DES MINEURS MAROCAINS DU NORD-PAS-DE-CALAIS, 2008, Du bled aux corons : un rêve trahi, 162 p.
ATOUF E, 2009, L’histoire de l’émigration marocaine au Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais (1918-1987) , Consulté le 15 janvier 2016, URL : https://www.academia.edu/6815656/Elkbir_ATOUF
CEGARRA M. CHOVAUX O. & alii,  2004, Tous Gueules Noires, histoire de l’immigration dans le Bassin Minier du Nord-Pas-De-Calais, Lewarde: Centre historique minier du Nord-pas-de-calais, 160p.
GENTY JR,  2006,  Histoire des flux migratoires dans la région du Nord , Consulté le 29 novembre 2015, URL :  http://www5.ac-lille.fr/~immigration/ressources/spip.php?article52
MUSÉE NATIONAL DE L’IMMIGRATION, 2ème partie : Petites Polognes minières et isolats ruraux, Consulté le 29 novembre 2015, URL : http://www.histoire-immigration.fr/
PONTY J, Vingtième Siècle, Une intégration difficile : les polonais en France dans le premier 20e siècle.,  revue d'histoire, n°7, juillet-septembre 1985. Étrangers, immigres, français. pp. 51-58.

 

Ce Regard sur s’appuie sur les travaux de recherche de l’Atelier Mineurs du Monde 2015/2016 - Master Envar IAUL (Lille 1).
Crédit photos : © Atelier Bassin Minier –  Lille 1, 2016

Télécharger le PDF

Église Notre-Dame-des-Mineurs de Waziers, une des nombreuses églises polonaises.

Église Notre-Dame-des-Mineurs de Waziers, une des nombreuses églises polonaises.

Le Bassin Minier des Hauts-de-France

Le Bassin Minier des Hauts-de-France

Imprimer E-mail

S'inscrire à notre liste de diffusion



*champ obligatoire 

Patrimoine sans frontières

61 rue François-Truffaut
75012 Paris
France

Tél : +33(0) 140 020 590

@ : info@patrimsf.org