Patrimoine sans frontières

Qu'est-ce qu'un "Regard sur" ?

Les "Regards sur" sont des articles qui ont pour objectif de faire connaître le monde du patrimoine culturel et de sensibiliser le grand public aux différentes causes de ce secteur. Ils sont écrits par les bénévoles de Patrimoine sans frontières.

Regard sur le patrimoine arménien

Présent sur tout le territoire arménien aux abords des sites de son exceptionnel patrimoine, le Projet pour la reconnaissance des monuments arméniens (Armenian Monuments Awareness Project Human developpment - AMAP) accomplit depuis près de dix ans un travail colossal. Aux abords de nombreuses églises, chefs-d’oeuvre de pierre et témoins du Moyen-Âge qui parsèment le territoire, l’AMAP a installé des panneaux informatifs plus que salutaires dans une région où les infrastructures touristiques et culturelles sont encore rares. Ces indications en plusieurs langues permettent au visiteur de mieux situer le contexte de création des bâtiments et d’interpréter les bas reliefs qui ornent encore les façades de certains de ces édifices comme Khor-Virap, Noravank et Tatev. L’AMAP est une véritable institution disposant d’un site particulièrement complet en arménien et en anglais (http://www.amap.am/), qui s’engage dans de nombreux projets y compris en collaboration avec les voisins géorgiens ou turcs. Nous avons interviewé Bella Karapatian, directrice exécutive de l’AMAP.

L’architecture arménienne a connu trois âges d’or. Tout d’abord, la période paléochrétienne (du IVe au VIIe siècle) est la première à s’être manifestée par une activité créatrice sans précédent, ensuite la période des royaumes arméniens (du IXe au XIe siècle) a connu un développement des grands ensembles monastiques, et enfin, entre les XIIe et XIVe siècles une généralisation de la mise sur l’ornement a eu lieu, et cela malgré les invasions et les difficultés que connaissait l’Arménie à cette époque. Les trois sites les plus emblématiques de la richesse du patrimoine arménien sont Khor-Virap, Noravank et Tatev. Ces trois sites, comme de nombreux autres, sont encore utilisés pour le culte.

Khor-Virap se trouve au sud de la capitale, Erevan, à la frontière avec la Turquie. C’est le premier lieu saint d’Arménie et si l’édifice que l’on voit aujourd’hui est plus tardif, il repose sur des bases paléochrétiennes. Tout au sud de l’Arménie, Tatev est un exemple de complexe monastique particulièrement développé. Le monastère de Noravank, quant à lui, est un bijou d’ornementation reprenant le plan d’une église de Jérusalem. Comme on le voit sur la première photo de Noravank, une des caractéristiques de l’architecture religieuse arménienne sont ces pierres rectangulaires ornées appelées Khatchar. On les trouve sur tout le territoire arménien. Difficiles à préserver et à répertorier de par leur dispersion dans le pays, elles sont un des symboles du patrimoine arménien. Les Khatchar se développent particulièrement au XIIIe siècle et peuvent être dressés dans les cimetières ou insérés dans les murs de couvents.

Le monastère de Noravank - au premier plan (à gauche de l’image) des Khatchar. © Juliette Milbach/PSF

L’AMAP a eu comme première tâche de préserver et de mettre en avant le patrimoine historique et religieux arménien laissé à l’abandon et peu valorisé pendant la période soviétique. La préservation de ce patrimoine est pour l’association un enjeu de taille pour le développement local et pour l’amélioration de la documentation scientifique sur la région.

L’AMAP est intervenu sur les sites de Khor-Virap, Noravank et Tatev à travers la mise en oeuvre d’une signalétique complète : panneaux directionnels pour faciliter la venue des visiteurs, installation de panneaux explicatifs en cinq langues (arménien, anglais, russe, italien et français) et mise à disposition de fascicules explicatifs en six langues (espagnol, allemand, hébreux, japonais, arabe et farsi).

Exemple de panneau informatif installé par l’AMAP sur
le site du monastère Noravank. © Juliette Milbach/PSF

 

 

 

 

 

 

 

 

PSF : Pouvez-vous présenter votre structure, ses missions, ses projets, ses membres, ses partenaires et son histoire ?

Bella Karapetian : L’ONG AMAP a été créée en 2008 comme un Projet de sensibilisation au patrimoine arménien (Armenian Monuments Awareness Project) pour faire prendre conscience de l’héritage historique, culturel et naturel arménien à travers la mise en place de panneaux explicatifs en plusieurs langues, de panneaux directionnels, de plaques et de marqueurs pour les principaux lieux historiques, culturels et naturels. L’ONG a aussi permis de créer une documentation imprimée en plusieurs langues sur le patrimoine arménien, dont une partie adaptée aux personnes souffrant de handicap. Cette documentation nous permet de générer des revenus qui sont par la suite réattribués pour la préservation et l’amélioration de sites désignés. L’AMAP compte actuellement huit membres. Le président de l’AMAP est américain et nous avons régulièrement des bénévoles d’organisations internationales comme US Peace Corps et l’américaine Armenian General Benevolent Union (AGBU) qui nous aide à travers leur expertise dans le développement touristique. En 2014, nous avons changé le nom « AMAP » en « AMAP Human developpemnt NGO », parce que nous avons élargi notre mission vers des activités communautaires et la promotion d’initiatives transversales en particulier avec la population rurale.

PSF : Pouvez-vous nous présenter et expliquer le projet The Black Sea Silk Road Corridor (BSSRC) ? Comment fonctionne l’application de voyage The Black Sea Silk Road Corridor ? Quel public vise-t-elle ?

B. K. : Le projet The Black Sea Silk Road Corridor (le Corridor Mer noire-Route de la soie) cherche à mettre en valeur l’expérience du visiteur dans des sites et monuments exceptionnels, incluant les parcs naturels, les sites archéologiques, et les monuments culturels qui sont les témoins du génie artistique d’anciennes générations et qui continuent à inspirer les artistes d’aujourd’hui. Les visiteurs peuvent aussi améliorer leur expérience par la culture contemporaine – musées, galeries, théâtres, démonstrations de musiques et cuisines locales et toutes autres sortes d’attractions et de plaisirs. Le circuit commence en Grèce puis traverse la Turquie, la Géorgie et l’Arménie. Il utilise le smartphone pour une traversée touristique de la Route de la soie et un annuaire commercial qui permettra aux voyageurs du XXIe siècle de suivre les pas des anciens marchands. Le projet utilise toutes les technologies du web et comporte aussi un portail internet et cinq applications pour Iphone, Ipad, Android, Blackberry, Windows Phone et Mobile Web Version et une page Facebook mettant en avant les étapes du parcours avec une navigation GPS, des cartes interactives, des présentations en plusieurs langues et sur plusieurs supports pour chaque site du parcours. Tout ce travail est très bien représenté et promu sur les réseaux sociaux les plus populaires : Facebook, Twitter, Google, Instagram, Pinterest, Youtube, Vimeo. Le projet associe les populations locales à chacune des destinations du parcours : des services touristiques sont présents tout au long du parcours et l’industrie du tourisme promeut et travaille avec le Black Sea Silk Road Corridor, les autorités touristiques régionales et nationales, les zones protégées (Parcs nationaux et réserves), des organisations non gouvernementales et des personnalités scientifiques.

Intérieur de l’église de Khor Virap. © Juliette Milbach/PSF

PSF : Pouvez-vous nous présenter et expliquer ce nouveau projet Taton (Turkish-Armenian Tour Operator Network) ?

B. K. : Taton, le réseau des tours-opérateurs turco-arméniens, fait partie du projet USAID/Armenia-funded BRIDGES, initié par l’AMAP comme la suite logique de notre projet The Black Sea Silk Road Corridor afin de promouvoir le tourisme transfrontalier entre la Turquie et l’Arménie. Taton est un groupe informel de tour-opérateurs avant-gardistes et mus pas les mêmes idéaux en Turquie et en Arménie, qui joignent leurs forces dans le but de créer un tour transfrontalier pour les touristes internationaux et nationaux dans l’est de la Turquie, la Géorgie et l’Arménie. Les membres de Taton ont un accès exclusif à notre Inventaire Touristique, une liste complète des expériences touristiques uniques et extraordinaires qu’on ne peut trouver que dans cette région.

 

Le monastère de Noravank - détail des sculptures murales.
© Juliette Milbach/PSF

 

PSF : Quels éléments sont à l’origine de vos initiatives et existe-t-il des critères de sélection pour vos projets Quels sont-ils ?

B. K. : La mission de l’AMAP est de promouvoir le développement économique et social (réduction de la pauvreté) au niveau local (dans les zones rurales) à travers la préservation de l’héritage culturel et le développement du tourisme rural. Nous favorisons la coopération transfrontalière et transnationale pour la protection et l’enrichissement du patrimoine naturel, le tout dans un contexte de programmes alliant des questions artistiques, historiques, naturelles, économiques, scientifiques et sociales. En bref, nous poussons à une prise de conscience, et nous utilisons des produits de communication du XXIe siècle et des réseaux sociaux pour faire aboutir nos objectifs. Plus concrètement, L’AMAP travaille en partenariat étroit avec les communautés arméniennes dans des aires géographiques le long du parcours et en particulier avec des organisations non gouvernementales locales dirigées principalement par de jeunes professionnels qui sont engagés dans la préservation de l’héritage culturel et le soutien aux activités communautaires à travers la création d’opportunités lucratives (via la production d’artisanat local, l’agrotourisme, etc.).

PSF : Vous diffusez de nombreux travaux scientifiques via votre site. Comment se met en place la collaboration avec des universitaires arméniens ? Avez-vous des liens avec des universitaires internationaux ?

B. K. : L’AMAP a signé un accord avec le Ministère de la culture d’Arménie qui fournit toutes les informations relatives au patrimoine historique et culturel arménien. En outre, nous collaborons de manière permanente avec l’Église sur les sites religieux et avec des chercheurs de l’Académie des sciences d’Arménie sur les lieux archéologiques et naturels.

PSF : Pouvez-vous résumer les autres projets que vous menez actuellement ? Vous revenez juste du Washington DC Travel and Adventure Show, pouvez-vous nous dire quelques mots à ce propos ?

B. K. : Nous sommes actuellement engagés dans un projet de tourisme en Turquie-Géorgie-Arménie avec une association de tours opérateurs professionnels, autour de l’identification d’expériences touristiques, le développement de produits liés au parcours et la promotion de la région en tant que destination touristique, à travers des salons de professionnels du voyage, de marketing online et de la presse. L’AMAP et plusieurs tours opérateurs d’Arménie et de Turquie ont participé au New York Times Travel Show en janvier 2016 et au Washington Travel and Adventure Show en février 2016 avec un stand commun nommé « Mont Ararat, Caravane de rève » qui a eu un très grand succès ! Les tours opérateurs ont eu beaucoup de contacts avec de futurs voyageurs dont certains ont voulu réserver un voyage pour la saison 2016. L’intérêt pour l’Arménie, la Géorgie et l’est de la Turquie était au rendez-vous comme nous l’attendions. Nous considérons la promotion de cette région à travers des salons internationaux et des expositions, le marketing online et la presse comme un élément très important pour atteindre le but principal de notre projet. En juin 2016, nous pensons organiser un voyage d’écrivains le long de ce parcours et promouvoir plus fortement encore la région à travers une campagne publicitaire auprès des médias internationaux les plus connus. 

Le monastère de Noravank - détail des sculptures murales. © Juliette Milbach/PSF Le monastère de Khor Virap. © Juliette Milbach/PSF

 

Télécharger le regard sur en PDF

Imprimer E-mail

S'inscrire à notre liste de diffusion



*champ obligatoire 

Patrimoine sans frontières

61 rue François-Truffaut
75012 Paris
France

Tél : +33(0) 140 020 590

@ : info@patrimsf.org