Patrimoine sans frontières

Qu'est-ce qu'un "Regard sur" ?

Les "Regards sur" sont des articles qui ont pour objectif de faire connaître le monde du patrimoine culturel et de sensibiliser le grand public aux différentes causes de ce secteur. Ils sont écrits par les bénévoles de Patrimoine sans frontières.

Regard sur Hollóko, la politique patrimoniale d'un village hongrois.

Le village d’Hollóko est devenu un véritable exemple dans la conservation du patrimoine culturel en Hongrie. Il est représentatif, non seulement par son architecture bien préservée du XIIe et XVIIIe siècle, mais aussi parce qu’il donne à voir un témoignage des formes de vie rurale en Europe centrale, telles qu’elles étaient avant la révolution agricole du XXe siècle. Depuis 1997, date à laquelle le village d’Hollóko fut inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, celui-ci bénéficie du cadre de la Convention du Patrimoine mondial ce qui favorise des logiques de conservation englobant aussi bien le patrimoine matériel qu’immatériel et l’environnement.


Hollóko se situe dans la région Nógrád, vallonnée par le massif du Cserhát, qui se trouve à 100 kilomètres au nord-est de la capitale, Budapest. Cette région est habitée, depuis le XIIe siècle, par le groupe ethnique palóc*. Les Palócs se caractérisent à la fois par leur système social structuré en grandes familles, et est linguistiquement très riche, puisqu’il comprend huit groupes dialectaux. La région se distingue également par l’architecture domestique palóc, très marquée : les maisons sont à colombages avec des murs en torchis blanchis à la chaux, leur devanture, côté rue, est faite d’une haute galerie et d’un balcon en bois soutenu par des colonnades et protégée par un auvent, et pour finir, elles reposent sur un soubassement de pierre. Le village d’Hollóko s’étend sur 145 hectares, en zone protégée, et est constitué de 55 bâtiments à usage résidentiel, de fermes, d’une église et d’un château du XIIIe siècle. Il est entouré de forêts et de champs en lanières. Les activités agricoles principales des Palócs sont la sylviculture, l’apiculture, la culture des fruits ; ils pratiquent également l’élevage de porcs et de moutons. 

En 1997, l’inscription du village sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO a entraîné un changement de stratégie de la part des autorités locales vis-à-vis des politiques patrimoniales du village. En effet, au début des années 1990, les autorités conduisaient des politiques qui ne visaient que la protection des valeurs culturelles et historiques. Aujourd’hui, les autorités locales tentent de s’appuyer sur le label du « Patrimoine mondial » dans le but d’accélérer le développement et d’améliorer les aménagements et les infrastructures du village, tout en essayant de jouer un rôle face à l’évolution des valeurs et pratiques dites « traditionnelles » (considérées comme étant en voie de disparition1) sur le long terme. La difficulté pour les autorités locales est de réussir à perpétuer un cadre de vie ancestral et une dynamique culturelle, dans un village qui ne compte que 400 habitants, et dont la démographie ne cesse de chuter. Face à cela, la mairie tente d’agir à l’aide de différentes politiques allant de la promotion touristique, au réaménagement du territoire en passant par une politique d’accueil de nouveaux habitants. Pour Csaba SZABÓ, maire d’Hollóko, le patrimoine culturel de son village est la clé de son développement et l’implication des habitants est (et a été) primordiale pour pérenniser des traditions liées à la vie rurale2.

Du point de vue touristique, les autorités locales se sont engagées dans une politique basée sur la découverte et la promotion des traditions palóc datant des XVIIIe et XIXe siècles - faisant également office de « revitalisation culturelle » auprès de la population. Cette promotion s’appuie principalement sur les fêtes, les célébrations, les spectacles au château et les journées européennes du patrimoine, qui permettent ensemble de faire vivre différentes formes d’expression culturelle comme la danse, la musique ou encore la gastronomie. Ces événements culturels permettent à la fois de rassembler les habitants et de faire venir des touristes nationaux comme internationaux : « lorsque les visiteurs arrivent, l’environnement les intègre dans le folklore »3. Pour éviter toute dérive commerciale et pour protéger les symboles traditionnels, les autorités locales, en collaboration avec les habitants, ont créé un label de protection des savoir-faire locaux, et notamment de la broderie d’origine palóc.

L’évènement de l’année le plus important est le Festival de Pâques. Les visiteurs peuvent alors admirer les costumes traditionnels. Ils peuvent également apprendre à décorer des œufs de Pâques, assister aux spectacles folkloriques ou encore profiter de la foire des arts populaires qui se tient tout au long du festival. On peut notamment y observer la curieuse tradition des seaux d’eau, avec lesquels les jeunes hommes éclaboussent les jeunes filles pour s’assurer qu’elles deviennent de « bonnes ménagères ». En retour, les femmes offrent des œufs de Pâques décorés à leurs prétendants.

Pour pallier au manque d’attractivité du village, la mairie a mis en place des politiques d’accueil et d’emploi, notamment à travers des baux locatifs de maisons. La présence d’une école élémentaire, ainsi qu’une aide à la natalité, permettent également de favoriser l’installation de familles ou de jeunes foyers dans le village. Enfin, la mairie subventionne la création d’emploi dans les domaines de l’hôtellerie et de la restauration, afin de développer le secteur touristique. À travers ces mesures, elle souhaite continuer à préserver, faire vivre et promouvoir la culture palóc à Hollóko. C’est également dans cette optique que la mairie travaille, depuis un an et demi, à un plan d’aménagement avec quarante-cinq entreprises pour construire et rénover les routes, le château d’Hollóko et le terrain de jeu pour les plus jeunes.

Comme nous venons de le voir, le premier enjeu des autorités locales est de favoriser la transmission de savoir-faire historiques et d’une mémoire collective sans que la mise en scène du village (pour des raisons touristiques) produise une culture uniformisée basée sur l’unique attente des visiteurs. Aujourd’hui, pour le village d’Hollóko comme pour de nombreux autres à travers le monde, la spectacularisation du quotidien est devenue un outil de gestion et de valorisation du patrimoine. Bien qu’ayant une nature ambiguë - parce qu’il est lui-même à l’origine du processus de « folklorisation » -, ce phénomène permet tout du moins au village d’Hollóko de créer de l’emploi et de freiner ainsi le départ des jeunes adultes, et, par effet de ricochet, de renforcer l’identité territoriale et transmettre la mémoire sociale palóc. Ici, préserver la culture locale, développer le territoire par le biais du tourisme et gérer la vie quotidienne est envisagé comme un processus tripartite entre les professionnels, les visiteurs et les habitants. Ces trois protagonistes ont des besoins différents et agissent à des échelles différentes, mais leur action combinée tend vers un objectif commun : transmettre une identité culturelle dans le temps.

* Les habitants d’Hollóko sont encore considérés comme la population d’origine  palóc, ils n’en restent pas moins influencés par l’évolution de la société et des techniques agricoles.

 

Sources

1 Gábor SONKOLY, A tárgyi (világ)örökség hermeneutikája (« L’herméneutique des valeurs matérielles du Patrimoine mondial »), 10 octobre 2010.
http://magyarmuzeumok.hu/tema/143_

2 Site officiel du village de Hollóko.
http://www.holloko.hu/hu/hirek/ilyen-ma-holloko-egy-ketmilliardos-beruhazas-utan.html

3 Site officiel de l’UNESCO.
http://whc.unesco.org/fr/list/401/

Stratégie Marketing 2014 : Le paysage culturel et historique de Hollóko.

 

Imprimer E-mail

S'inscrire à notre liste de diffusion



*champ obligatoire 

Patrimoine sans frontières

61 rue François-Truffaut
75012 Paris
France

Tél : +33(0) 140 020 590

@ : info@patrimsf.org