Patrimoine sans frontières

Film documentaire sur les bandes à pied, Haïti

Le documentaire, par l'image, la parole et la musique, permet de faire connaître les bandes à pied au grand public et donc de promouvoir et de valoriser leurs pratiques.

  • Une bande à pied pendant le Carnaval

    Tous les ans, pour le Carnaval, les bandes à pied défilent à Port-au-Prince. © PSF\Florence Pizzorni
  • Les masques pendant le Carnaval

    Pendant le Carnaval, les musiciens et les fans des bandes à pied se déguisent. © PSF\Dominique Gallet
  • Les déguisements pendant le Carnaval

    Pendant le Carnaval, les musiciens et les fans des bandes à pied se déguisent. © PSF\Dominique Gallet
  • La bande à pied Follow Jah dans son quartier à Pétionville

    Durant l'année, et hors période de carnaval, les bandes à pied animent leur quartier. © Caracoli\Follow Jah
  • Le film documentaire sur les bandes à pied en Haïti

    Il a été diffusé dans le cadre de l'émission Archipels sur Martinique 1ère, Guadeloupe 1ère, Guyane 1ère, Polynésie 1ère et France Ô pendant la période du Carnaval haïtien (la semaine du 27 février 2017).

Lire la suite

Imprimer E-mail

Renforcement des capacités des écoles de musique, Haïti

Omniprésent dans la vie quotidienne des Haïtiens, le patrimoine musical a été gravement affecté par le séisme qui a secoué l’île en 2010. C’est ainsi qu’afin de venir en aide aux populations locales, PSF s’est engagé dans la mise en place d’un long programme de soutien aux écoles de musique. 

  • La musique, clé de voûte de la culture haïtienne

    © École de musique Jacmel-Dessaix
  • Sans lutherie, il n'y a plus de musique !

    Patrimoine sans frontières a pris le pari, pour sauvegarder les cultures musicales haïtiennes, d'aider à la consolidation du secteur de la lutherie, inhérente à la pratique musicale. © École de musique Jacmel-Dessaix
  • Les cours de musique

    L'éducation musicale à la source de la transmission et de la valorisation de la culture haïtienne. © École de musique Jacmel-Dessaix

Lire la suite

Imprimer E-mail

Patrimoine y es-tu ?, projet de pédagogie du patrimoine

Après avoir mené plusieurs projets de restauration et de valorisation de patrimoines en danger, PSF a décidé de s’engager dans un projet à portée pédagogique : Patrimoine y es-tu ? En sensibilisant les enfants à l’importance de préserver le patrimoine culturel, le projet participait à la construction personnelle et collective de chacun.

  • Patrimoine y es-tu ?

    Les élèves, après avoir redécouvert l'histoire de leur famille, constituaient un musée commun qui regroupait l'ensemble des objets porteurs de leur mémoire. © PSF
  • L'élément patrimoine de Chris

    Chris a choisi l'album philatélique de son grand-père. © PSF
  • L'élément patrimoine de Pierre

    Après avoir redécouvert son histoire familiale, Pierre a décidé de devenir musicien (ici, posant fièrement avec l'accordéon de sa grand-mère). © PSF

Lire la suite

Imprimer E-mail

Restauration et valorisation du fonds photograhique de la famille Marubi, Albanie

D’une richesse inouïe, le fonds de la famille Marubi retrace presqu’un siècle de l’histoire albanaise. Le fonds se trouvant dans un état de préservation préoccupant, PSF s’est engagé dans des actions de restauration et de valorisation qui ont permis à l’Europe de découvrir un patrimoine resté dans l’ombre pendant de longues années.

  • La mosquée des Plombs à Shkodra

    Photographie de Kel Marubi, prise entre 1900 et 1919. © PSF
  • Construction de la cathédrale de Shkodra

    Photographie de Pjetër Marubi, prise en 1898. © PSF
  • Habits traditionnels de la région de Shkodra

    Photographie de Kel Marubi, prise entre 1900 et 1919. © PSF
  • Qamile Sadri Keqi avec sa famille

    Photographie de Kel Marubi, prise entre 1900 et 1919. © PSF
  • Shkodër, Albanie

Lire la suite

Imprimer E-mail

Histoire et reconstitution du savoir-faire Musgum, Cameroun

Pêcheurs et éleveurs de poneys, les Musgums peuplent les plaines du bas Logone, à la frontière du Tchad et de l’extrême nord du Cameroun.
Véritable habitat emblématique à forme architecturale inédite, la case musgum est construite à partir d’un mélange de terre et d’herbe sur un plan circulaire, par superposition d’assises successives, pour des unités pouvant atteindre 6 à 15 mètres de hauteur et 5 à 10 de diamètre.
Malgré la disparition de la case-obus dans les années 1970, celle-ci demeure dans la mémoire collective des Musgums et a toujours suscité un certain attachement de la part des anciens, la communauté reconnaissant la case musgum comme partie intégrante de son identité.

  • Habitants de Mourla, Cameroun

    © PSF
  • Rénovation d'une case obus

    © PSF
  • Festival Musgum

    Tous les ans depuis l'an 2000, le festival de la culture Musgum est organisé à Mourla © PSF
  • Construction d'une case obus

    © PSF
  • Case obus peinte

    © PSF

Lire la suite

Imprimer E-mail

Réhabilitation du village de Salima, Liban

Le village de Salima, habité par une population mixte druze et chrétienne, a été durement marqué par la guerre civile libanaise. Situé dans la montagne, à 38 kilomètres à l’est de Beyrouth, il fut l’un des premiers villages à subir des destructions et l’un des derniers à attendre le retour de sa population.
De 2001 à 2003, Patrimoine sans frontières s’est investi dans une action d’encouragement à la réappropriation de l’espace public par les deux communautés et dans une démarche de création contemporaine.

  • Salima

    © PSF
  • © PSF
  • Centre ville de Salima

    © PSF\Manon Colombani
  • © PSF\Anne Klinter
  • Les fontaines de Salima

    © PSF

Lire la suite

Imprimer E-mail

Programme - Mémoire de Tchernobyl, Biélorussie

Dans le cadre du volet « Éducation et mémoire » du programme international CORE (Coopération pour la réhabilitation des conditions de vie dans les territoires contaminés), Patrimoine sans frontières est intervenu en Biélorussie afin d’aider à la transmission internationale et intergénérationnelle de la mémoire de l’accident de Tchernobyl.
Le sentiment d’abandon et d’échec, la dépossession du milieu de vie, ainsi que le déni de la catastrophe de Tchernobyl et de ses conséquences sur la vie quotidienne, ont guidé les programmes de l’association.

Patrimoine sans frontières a développé deux volets à ce programme :
- Villages perdus
- Dis-moi, nuage...

  • Villages perdus : À la recherche des territoires disparus de Biélorussie.

    Une maison abandonnée, dans les territoires contaminés de Biélorussie, après la catastrophe de Tchernobyl. © PSF
  • Villages perdus : À la recherche des territoires disparus de Biélorussie.

    Une maison abandonnée, dans les territoires contaminés de Biélorussie, après la catastrophe de Tchernobyl. © PSF
  • Dis-moi, nuage...

    Des enfants du monde entier participent à la réalisation de dessins, de récits et de court-métrages, autour de leur propre vision de la catstrophe de Tchernobyl, 20 ans plus tard. © PSF

    Lire la suite

  • Dis-moi, nuage...

    Des enfants du monde entier participent à la réalisation de dessins, de récits et de court-métrages, autour de leur propre vision de la catstrophe de Tchernobyl, 20 ans plus tard. © PSF

    Lire la suite

  • Dis-moi, nuage...

    Les dessins exposés, dans une école primaire. © PSF

    Lire la suite

 

Lire la suite

Imprimer E-mail

  • 1
  • 2

S'inscrire à notre liste de diffusion



*champ obligatoire 

Patrimoine sans frontières

61 rue François-Truffaut
75012 Paris
France

Tél : +33(0) 140 020 590

@ : info@patrimsf.org