Patrimoine sans frontières

La chronologie des programmes

La chronologie des programmes
  • Les programmes

Nos programmes

Patrimoine sans frontières agit à travers quatre axes d’intervention, qui sont le renforcement du lien social, les échanges interculturels, la transmission et la réappropriation, et enfin, la réhabilitation et la valorisation.


Renforcement du lien social

Le patrimoine culturel est fondamentalement un objet et un vecteur de dialogue. En temps normal, le patrimoine culturel assure la cohésion au sein d’un groupe et c’est pour cela qu’il est indispensable de le mettre en valeur lors d’actions qui suivent les situations de rupture, car il permet de redynamiser les liens entre les membres d’une communauté. Cet axe d’intervention est présent, de manière plus ou moins directe dans chacune de nos actions. C’est dans cette optique que s’inscrivent les différentes actions que nous avons mises en place afin de soutenir les écoles de musique en Haïti. En leur donnant les moyens de se reconstruire après le séisme, nous avons contribué à préserver le rôle que la musique joue dans la vie de la société haïtienne.


Réhabilitation et valorisation

Lorsqu’une action de réhabilitation d’un bien culturel a lieu, son objet ne doit pas être envisagé comme un simple vestige historique. Le patrimoine culturel est perpétuellement réinterprété par les populations et cette dynamique doit être complètement intégrée dans toute action de valorisation. Qu’il s’agisse d’un patrimoine bâti, comme les sites religieux de Voskopojë, ou d’un patrimoine vivant, comme les bandes à pied haïtiennes, nous cherchons toujours à respecter et à encourager l’aspect vivant qui anime chaque patrimoine.


Transmission et réappropriation

Le patrimoine culturel est un élément qui définit l’identité des individus, des communautés et des sociétés. L’ensemble des individus d’un groupe partage le même patrimoine culturel, et celui-ci permet de les relier entre eux et avec leur histoire collective. Pour qu’il puisse remplir ce rôle, le patrimoine culturel doit être l’objet d’une transmission continue. Malheureusement, cette transmission du patrimoine culturel est souvent mise en péril dans des situations de rupture, ce qui rend le processus de reconstruction d’autant plus délicat.


Échanges interculturels

Le patrimoine culturel, matériel et immatériel, spectaculaire et ordinaire, est l’essence même de toutes les expressions culturelles d’une population. Cela en fait la première source de perception entre les populations. Prendre conscience de la valeur des différents patrimoines culturels à travers le dialogue est le principal moyen de rassembler les communautés. Les relations interculturelles offrent la possibilité d’élargir les horizons de chacun et de découvrir différentes interprétations du monde. Cela est d’autant plus important dans nos sociétés contemporaines qui sont de plus en plus interconnectées.

Imprimer E-mail

Les programmes terminés

Restauration et numérisation du fonds photographique Gabriel Millet, France

Rassemblant environ 75 000 documents, le fonds photographique Gabriel Millet, est actuellement l’un des plus riches fonds documentaires sur l’art chrétien des Balkans, de Russie ou encore d’Egypte. Il s’est enrichi au fil du temps et se compose essentiellement d’archives qui témoignent du parcours et de l’œuvre de l’archéologue et photographe. PSF, en partenariat avec l’Ecole pratique des hautes études, a participé à la restauration et à la valorisation de cet important fonds documentaire dont les conditions de conservation étaient inadaptées à sa pérennité.

  • Monastère de Chilandor (Grèce)

    Ce monastère est situé sur le Mont Athos. © EPHE-Millet
  • Monastère de Daphni (Grèce)

    Vue sur l'intérieur de l'enceinte monastique. © EPHE-Millet
  • Mosaïque du Christ Pantocrator (Grèce)

    Mosaïque de la coupole de l'église du monastère de Daphni. © EPHE-Millet
  • Coupole de l'église Sainte-Sophie à Mistra (Grèce)

    © EPHE-Millet
  • Travail de restauration sur les plaques de verre

    © PSF\EPHE-Millet

Lire la suite

Programme - Mémoire de Tchernobyl, Biélorussie

Dans le cadre du volet « Éducation et mémoire » du programme international CORE (Coopération pour la réhabilitation des conditions de vie dans les territoires contaminés), Patrimoine sans frontières est intervenu en Biélorussie afin d’aider à la transmission internationale et intergénérationnelle de la mémoire de l’accident de Tchernobyl.
Le sentiment d’abandon et d’échec, la dépossession du milieu de vie, ainsi que le déni de la catastrophe de Tchernobyl et de ses conséquences sur la vie quotidienne, ont guidé les programmes de l’association.

Patrimoine sans frontières a développé deux volets à ce programme :
- Villages perdus
- Dis-moi, nuage...

  • Villages perdus : À la recherche des territoires disparus de Biélorussie.

    Une maison abandonnée, dans les territoires contaminés de Biélorussie, après la catastrophe de Tchernobyl. © PSF
  • Villages perdus : À la recherche des territoires disparus de Biélorussie.

    Une maison abandonnée, dans les territoires contaminés de Biélorussie, après la catastrophe de Tchernobyl. © PSF
  • Dis-moi, nuage...

    Des enfants du monde entier participent à la réalisation de dessins, de récits et de court-métrages, autour de leur propre vision de la catstrophe de Tchernobyl, 20 ans plus tard. © PSF

    Lire la suite

  • Dis-moi, nuage...

    Des enfants du monde entier participent à la réalisation de dessins, de récits et de court-métrages, autour de leur propre vision de la catstrophe de Tchernobyl, 20 ans plus tard. © PSF

    Lire la suite

  • Dis-moi, nuage...

    Les dessins exposés, dans une école primaire. © PSF

    Lire la suite

 

Lire la suite

Réhabilitation du village de Salima, Liban

Le village de Salima, habité par une population mixte druze et chrétienne, a été durement marqué par la guerre civile libanaise. Situé dans la montagne, à 38 kilomètres à l’est de Beyrouth, il fut l’un des premiers villages à subir des destructions et l’un des derniers à attendre le retour de sa population.
De 2001 à 2003, Patrimoine sans frontières s’est investi dans une action d’encouragement à la réappropriation de l’espace public par les deux communautés et dans une démarche de création contemporaine.

  • Salima

    © PSF
  • © PSF
  • Centre ville de Salima

    © PSF\Manon Colombani
  • © PSF\Anne Klinter
  • Les fontaines de Salima

    © PSF

Lire la suite

Renforcement des capacités des écoles de musique, Haïti

Omniprésent dans la vie quotidienne des Haïtiens, le patrimoine musical a été gravement affecté par le séisme qui a secoué l’île en 2010. C’est ainsi qu’afin de venir en aide aux populations locales, PSF s’est engagé dans la mise en place d’un long programme de soutien aux écoles de musique. 

  • La musique, clé de voûte de la culture haïtienne

    © École de musique Jacmel-Dessaix
  • Sans lutherie, il n'y a plus de musique !

    Patrimoine sans frontières a pris le pari, pour sauvegarder les cultures musicales haïtiennes, d'aider à la consolidation du secteur de la lutherie, inhérente à la pratique musicale. © École de musique Jacmel-Dessaix
  • Les cours de musique

    L'éducation musicale à la source de la transmission et de la valorisation de la culture haïtienne. © École de musique Jacmel-Dessaix

Lire la suite

S'inscrire à notre liste de diffusion



*champ obligatoire 

Patrimoine sans frontières

61 rue François-Truffaut
75012 Paris
France

Tél : +33(0) 140 020 590

@ : info@patrimsf.org